TÉLÉCHARGER SON KHASSIDA GRATUIT GRATUITEMENT

Commentaires sur Khassaides Audio mp3 fier vraiment ce site est une confirmation du grand travail que cheikh ahmadou bamba a fourni et a laissé les recettes à la oummah. Posté par kebe. Je vous encourage et que Dieu vous bénice par la grace de khiekhoul khadim diam ak khéweul Posté par soxnasi , 22 octobre à Répondre sant serigne touba rek je demande Dieu par la grace de khadimoul rassoul mou maygnou kholou liguéyeul serigne bi,tagualégnok seytané té bolégnok ckiekhe bamba fil djinani Posté par amy , 22 octobre à Répondre remerciment Posté par lass5 , 26 octobre à Répondre ndong Posté par modou , 27 octobre à Répondre sant ak guerem ziar a tous les MOURIDEs le vous remercie pour l'importance que vous portez à tous les ouevres de SERIGNE TOUBA pour QUI on doit tous la vie, notre travail etc Posté par dane , 11 décembre à Répondre dieuredieuf thiey serigne touba ma beug cheikh massamba mbacke mom mi mass khassida yi Posté par ndioba mbacke , 11 décembre à Répondre salution tout d'abord nous rendons grace à DIEU le tout puissant et son prophéte mouhamed psl.

Nom:son khassida gratuit
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:14.36 MBytes



Jawharu Nafis Le joyau précieux Devant les aptitudes de son fils, Momar Anta Sali commenca à remplacer les livres au programme par leurs versions réécrites par Ahmadou Bamba. La mort de son père[ modifier modifier le code ] Lettre de Cheikh Ahmadou Bamba adressée au gouverneur de St Louis Momar Anta Sali resta à Mbacke-Cayot pendant deux ans avant de mourir entre et Ahmadou Bamba accompagna le cortège qui transportait la dépouille mortelle de son père à Dékhelé. Au cours du trajet, certains cavaliers lui offraient leurs montures.

Mais il leur répondit qu'il préférait marcher. Cette position sema le désarroi au sein de la foule. Les pieux furent étonnés de voir un de leurs fils tout jeune transcender les futilités et oser critiquer implicitement ceux qui ambitionnaient les richesses terrestres.

Les gens du commun furent étonnés de le voir se détourner d'un prestige gratuit. De plus, ils le considèrent comme un déséquilibré. Si mon défaut consiste au renoncement des princes voilà un vice dont je ne rougirai point. Bien plus, il lui obéissait inconditionnellement. Après sa mort, il continua l'enseignement un peu plus d'un an.

Pendant ce temps, ses disciples ne s'intéressaient qu'à la science comme il ne s'occupait que de leur instruction.

Naissance du mouridisme[ modifier modifier le code ] Ahmadou Bamba éprouvait un désir profond de pénétrer la mystique, aimait les habitudes des mystiques telles que la solitude et l'errance; il utilisait leur langage et cherchait à leur manière le sens profond des textes.

Cette haute préoccupation ayant dominé en lui toute autre, il en fit part à ses disciples indirectement d'abord, et ensuite, devant la force irrésistible de cette nouvelle tendance, il déclara ses intentions et invita à le suivre. Après avoir réuni ses disciples, il leur tint fermement le discours suivant: "Ceux parmi vous qui m'ont accompagné dans le but d'acquérir la science, doivent désormais aller chercher un maître, et ceux qui veulent ce que je veux, doivent me suivre et observer mes ordres.

Ses propos troublèrent fort ses disciples dont une partie décida de s'en aller tandis qu'une autre partie préféra rester. Ahmadou Bamba observa leur réaction avec calme, n'interrogeant personne sur ses intentions.

La majorité des disciples quittèrent ainsi le maître et un petit groupe resta à ses côtés. En réalité, cette nouvelle orientation était une directive du Prophète[1] comme le mentionnera le Cheikh lui-même dans ses écrits. Tels furent les rapports entre le Cheikh et ses disciples depuis le début de l'année jusqu'à son départ de Mbacké-Cayor et son installation à Mbacké-Baol au cours de la même année. Il passa dans cette ville des années pendant lesquelles les hommes affluaient vers lui de tous bords les uns voulaient adhérer à sa voie, d'autres voulaient lui offrir des présents, d'autres enfin sollicitaient des prières.

Pendant les quatre années suivant son installation à Mbacké-Baol, sa renommée s'était tellement accrue que hommes distingués et gens du commun s'étonnaient de lui. En effet, les proches d'Ahmadou Bamba ne pouvaient pas souffrir qu'il les dominât. Sa situation suscita très vite des motifs de jalousie. Cette dernière devient plus aimée que la première, ce qui ne fit qu'accentuer les sentiments hostiles à l'égard d'Ahmadou Bamba. Relation avec les familles royales[ modifier modifier le code ] A l'hostilité des proches s'ajouta celle des souverains qui, ayant auparavant entretenu des relations amicales avec son père, voulurent qu'Ahmadou Bamba perpétuât ces relations.

Mais il refusa, et son refus fut ressenti par eux comme un mépris. Ils crurent à tort qu'il méprisait même l'attitude de son père favorable à leur égard. Il est vrai cependant qu'il adressait avec respect des avertissements à son père et lui conseillait de s'écarter des souverains, considérant que leur prestige terrestre amènera humiliation dans l'Au-delà.

Son père lui disait: "Tu as raison, tu as bien fait. Que Dieu te bénisse". Mais pour justifier son attitude, le père rappelait à son fils ses intérêts qui ne pouvaient être sauvegarder autrement. Ce souci de s'éloigner de ses adversaires ne lui épargna pas leurs méfaits.

Il resta un an à Darou Salam. Pendant ce temps ses disciples observaient une conduite irréprochable, leur solidarité se renforçait et leur nombre ne cessait de croître.

Les groupes de visiteurs se succédaient chez lui et des biens affluaient vers lui. Ensuite, il construisit à 5 km au nord-est de Darou Salam un village baptisé TOUBA à la fin de l'an ou au débute de et s'y installa avec sa famille. Touba deviendra la capitale du mouridisme. Ahmadou Bamba quitta au mois de Chawal de l'an Avril en compagnie de certains disciples et se dirigea vers le Djolof.

Plusieurs facteurs déterminèrent son choix pour cette contrée. D'abord l'existence dans le Baol à cette époque d'un endroit qui lui convenait mieux, ensuite le fait que le Djolof était la patrie de ses ancêtres, enfin l'éloignement de cette contrée dont les habitants ne disposaient pas d'une force assez importante pour nécessiter de sa part une résistance armée ce qui n'était d'ailleurs pas dans ses habitudes.

Motifs sociopolitiques[ modifier modifier le code ] Après sont installation dans le Djoloff, les souverains de la région et leurs "ministres" voyaient en Ahmadou Bamba une menace qui allait affaiblir leur pouvoir et leur domination sur les hommes.

De plus son intransigeance sur certains sujets les poussait à vouloir se débarrasser de lui. Les Français étaient certes trop avertis des questions politiques pour ajouter foi à leurs dires. Pourtant, à force de les entendre répétés par des hommes qui prétendaient être leurs agents et collaborateurs, ces mensonges finirent par créer des soupçons chez les français.

D'autant plus que les Français n'avaient jamais rencontré l'homme dont on leur parlait et ne l'avait connu que par de mauvais intermédiaires et d'autant plus que ceux-ci, pour appuyer leurs thèses comparaient le mouvement d'Ahmadou Bamba à ceux de ses prédécesseurs qui avaient dégénéré en des guerres sanglantes, comme ce fut le cas d'Al-Hadji Omar Foutï , de Malick BA surnommé MABA M. C'est grâce à ces procédés qu'ils réussirent à se faire écouter par les autorités coloniales qui désormais, se trouvaient dans l'obligation de vérifier les informations en leur possession.

Motifs spirituels, mystiques[ modifier modifier le code ] La grande mosquée de Touba Mais au-delà de tout cela, le décret irrévocable de Dieu constituait la cause la plus déterminante de l'arrestation par les Français de cet homme pacifique qui est toujours resté très éloigné des richesses et des gloires terrestres.

Avant ces événements il était inimaginable de voir Ahmadou Bamba en conflit avec un chef national à plus forte raison avec une puissance coloniale. Ce qui lui arriva ne fut que vérification de cette tradition du Prophète P. L : "Les plus éprouvés des hommes sont les prophètes puis les saints puis les meilleurs [3] ". La règle fondamentale qui régit la vie religieuse de la communauté musulmane veut que plus la foi est solide, plus le croyant est détourné des honneurs et plus il subit des épreuves.

Un hadith recueilli par Muslim et d'autres dit: "Le monde est une prison pour le croyant et un paradis pour les mécréants" et le Très-Haut dit: "La vie future est meilleurs pour les hommes pieux" [4].

Pour les colons, ce retard traduisait un refus. C'est pourquoi ils dépêchèrent à sa recherche un détachement de plusieurs soldats. Son départ coïncida avec le départ de Louga du Commandement de la troupe chargée de son arrestation. Ils se rencontrèrent à Djéwal au soir du même jour. Le conseil privé de Saint-Louis[ modifier modifier le code ] Le Jeudi 5 Septembre , le conseil privé dirigé par le gouverneur général Louis Mouttet convoqua une assemblée à l'issue de laquelle la décision d'envoyer Ahmadou Bamba vers le Gabon fut adoptée.

Son frère Mame Thierno Birahim Mbacké supplée à son absence auprès de sa famille et de la communauté mouride. Le premier exil au Gabon[ modifier modifier le code ] Au Gabon, Ahmadou Bamba passera plus de 7 années dont 5 ans à Mayumba et 2 ans à Lambaréné. A Mayumba, il fut pratiquement livré à la nature dans des endroits inhabités, sans abri, ni nourriture, à la merci des bêtes sauvages, des intempéries des saisons de la région. L'objectif visé par l'autorité coloniale était sa suppression pure et simple [5].

Là-bas il était emprisonné dans un camp militaire. Son frère cadet et bras Mame Thierno Mbacké avait pris sous sa responsabilité la famille de Ahmadou Bamba. Des foules affluaient de partout pour venir le voir.

Les enseignements du Cheikh étaient leur bouclier protecteur contre les mesures aliénantes du colon. C'est pour cela qu'on les accusera de toutes sortes d'excès dont la sanction devait être le bannissement du Cheikh. Le 13 Juin un détachement de tirailleurs et de 50 spahis corps de cavalerie , aidé des contingents des chefs locaux, fut mis en route pour procéder à l'arrestation du Cheikh.

A son arrivée à Saint-Louis le gouverneur lui notifia sa décision de l'exiler en Mauritanie. Il avait émis des garanties à l'administration coloniale et avait en charge la "surveillance" des activités du Cheikh.

L'autre raison c'est qu'à l'époque la Mauritanie était un grand foyer islamique où cohabitaient de grands savants, descendants de la famille du prophète. La volonté du pouvoir colonial était donc d'anéantir l'autorité du Cheikh en le mettant à l'épreuve d'autres savants, maures et blancs et surcroît.

De ce fait, il sera démystifié. C'est d'ailleurs en Mauritanie qu'il obtiendra le Wird mouride de la part de son Seigneur, Wird qui officialisait en quelque sorte sa voie et son statut de dépositaire de la voie Mohammadienne. Il dira que son Wird dépasse de loin en termes de faveurs et bienfaits tous les autres wirds. Ahmadou Bamba restera son protégé Cheikh Sidiya Baba pendant quelques mois mais décidera de se séparer de lui du fait que ce dernier se déplaçait beaucoup, ce qui n'était pas adapté au mode de vie de Ahmadou Bamba, plutôt sédentaire.

Après sa séparation avec Cheikh Sidiya, il s'installa à Sarsara où il fut rejoint par un grand nombre de fidèles venus s'instruire auprès de lui, notamment les Banî Daymân, parmi lesquels figuraient des notables et grand érudits. Les maures affluaient de partout pour rencontrer le Cheikh, apprendre de lui et avoir sa bénédiction. De ce fait la volonté des colons qui était d'anéantir son autorité était un échec. Aujourd'hui encore une grande communauté mouride est présente en Mauritanie, essentiellement des maures qui se rendent souvent au Sénégal et à Touba pour perpétuer leur engagement dans la voie mouride.

Des disciples mourides quittaient régulièrement le Sénégal pour aller voir Ahmadou Bamba et certains resteront même auprès de lui.

Cette fois les colons déroulent une nouvelle stratégie qui consiste à l'isoler davantage, en essayant de le séparer de ses nombreux disciples. Il fallait donc trouver, au Sénégal, une localité difficilement accessible et aux conditions de vie précaires. Ils y envoient Serigne Touba en résidence surveillée de à avec des conditions particulièrement difficiles. En effet, il avaient cette fois pris des mesures draconiennes pour décourager les disciples qui tenteraient de rendre visite au Cheikh.

Aussi ordre a été donné aux habitants de toute la contrée de confisquer les bagages de ceux qui traversaient leur village pour se rendre à Thiéyène. Ils parcouraient des kilomètres à pied, bravant toutes sortes de risques. C'est alors qu'ils décidèrent une autre stratégie, le rapprocher de la ville, à Diourbel. Pour eux, en emmenant le Cheikh dans la ville, ses disciples seront distraits, occupés par les mondanités.

Une fois à Diourbel, il est installé chez le Commandant mais après des plaintes de la femme du commandant, du fait que les disciples faisaient du bruit avec leur zikr et lecture du coran, il déménagea dans une concession non loin de la maison du commandant, qu'il a rebaptisé la "Keur Gou Mack" ou la Maison Bénie.

Ahmadou Bamba fera appel à des cheikhs et dignitaires qui viendront s'installer autour de lui à Ndiareme. Et c'est là que la voie mouride prend une autre dimension. En effet, malgré son assignation, Ahmadou Bamba continuera ses enseignements qui étaient désormais dispensés par ses proches et il s'adonna beaucoup à l'écriture des Khassaides, à l'enseignement oral et à la réception des visiteurs. Il administrait toutes les affaires de la communauté depuis sa concession de Diourbel. C'est aussi à Ndiareem que Serigne Touba entama les travaux de la grande mosquée de cette ville.

Il confia les travaux à Cheikh Issa Diène. Sa relation avec l'administration coloniale s'était un peu arrangée. Les autorités françaises réalisent que cheikh Ahmadou Bamba ne désire pas la guerre.

TÉLÉCHARGER BARBARA KANAM LARGENT APPELLE LARGENT GRATUITEMENT

Ahmadou Bamba

Jawharu Nafis Le joyau précieux Devant les aptitudes de son fils, Momar Anta Sali commenca à remplacer les livres au programme par leurs versions réécrites par Ahmadou Bamba. La mort de son père[ modifier modifier le code ] Lettre de Cheikh Ahmadou Bamba adressée au gouverneur de St Louis Momar Anta Sali resta à Mbacke-Cayot pendant deux ans avant de mourir entre et Ahmadou Bamba accompagna le cortège qui transportait la dépouille mortelle de son père à Dékhelé. Au cours du trajet, certains cavaliers lui offraient leurs montures.

TÉLÉCHARGER LE SAINT CORAN SAAD EL GHAMIDI MP3 GRATUITEMENT

Khassaides Audio mp3

.

TÉLÉCHARGER THEME HUAWEI U8110 GRATUITEMENT

Téléchargement Khassida Mp3 – Xassida audio – Khassida pdf, xassida pdf

.

TÉLÉCHARGER PRINTPRATIC FRANCAIS GRATUITEMENT

Mémoire de master 1 « Le livre de khassida à Dakar : places des objets et contrôle des espaces »

.

Similaire